Accueil / Développement durable / Innovation : coup de projecteur sur 5 start-up au service du développement durable !

Innovation : coup de projecteur sur 5 start-up au service du développement durable !

 

Les fonds d’investissement spécialisés dans les projets qui allient la recherche de profits et la réponse à un besoin d’ordre sociétal ou environnemental se développent dans l’Hexagone depuis les années 2000. Avec Investir&+, Alter Equity 3P  ou encore le comptoir de l’innovation, les opportunités ne manquent pas pour ces start-up.

Des structures d’accompagnement, des incubateurs en l’occurrence,  leur sont même dédiées telles que la Social Factory l’incubateur de start-up d ‘entrepreneuriat sociétal qui dynamisent le territoire ou Antropia, la catalyseur d’entreprises sociales de l’ESSEC ou les incubateurs du groupe INSEEC qui sont partenaires avec la Ruche et Orange de l’Académie de l’Entrepreneuriat Social, ou encore CNAM incubateur

Ces activités relèvent de l’entrepreneuriat sociétal et, en plus des nombreux exemples de start-ups que j’ai précédemment présenté, voici 5 nouvelles start-up dont les projets sont au service du développement durable et sur lesquelles je vous propose de mettre un coup de projecteur.

Ecosia, le moteur de recherche green

Ecosia c’est le moteur de recherche écologique créé en 2009 par le berlinois Christian Kroll. Le moteur de recherche de Microsoft, Bing, fournit les résultats des recherches qui sont retraitées par les algorithmes d’Ecosia. Les bénéfices générés sont reversés à hauteur minimale de 80% à des programmes de plantation d’arbres dans quatre pays : Madagascar, Pérou, Burkina Faso et Indonésie. Comme tout moteur de recherche, le chiffre d’affaires d’Ecosia est issu des revenus de la publicité grâce aux liens web publicitaires. Soit chaque clic apporte un gain soit une commission est effectuée sur l’achat pour certaines boutiques en ligne. Les rapports mensuels d’Ecosia permettent aux citoyens de suivre comment l’argent récolté a été dépensé, le nombre d’arbres plantés ainsi que les témoignages des populations sur place. Son objectif est ambitieux : planter un milliard d’arbres d’ici 2020, sachant que jusqu’à présent 7 580 000 arbres ont déjà été plantés. D’après les utilisateurs, les résultats sont satisfaisants, même si ce moteur de recherche est encore loin des performances de Google.

Billet gratuit, aller au théâtre sans dépenser

Partant du constat que seuls 5 pourcents de la population française se rendent régulièrement à des spectacles vivants, les deux fondateurs Fabrice Ribeiro et Julien Waterlot ont fondé Billet gratuit : la plateforme internet qui permet de réserver gratuitement des entrées pour des spectacles vivants. L’équipe de Billet Gratuit va négocier auprès des directeurs artistiques le don de places gratuites et celles-ci seront mises à la disposition des internautes. Premiers arrivés, premiers servis, les internautes suivants auront tout de même accès à des tarifs préférentiels. Cela permet de remplir les dernières places des salles de spectacle, d’offrir plus de visibilité aux artistes et de permettre à un plus large public de profiter des spectacles vivants. Ses revenus sont issus de la publicité et des frais de réservation. Le spectacle n’est donc pas totalement gratuit ? Non, mais cela reste abordable puisqu’il faut uniquement reverser 2,35€ à la start-up.

Même, ma beauté pendant le cancer

Cette boutique en ligne commercialise des produits cosmétiques testés cliniquement dans des centres de lutte contre le cancer, pour permettre aux femmes touchées par un cancer de pouvoir continuer à prendre soin d’elles. Judith, la co-fondatrice livre dans le blog de Même ses croyances et sa vision : « reconquérir sa féminité tellement altérée par les traitements peut réellement aider à être plus forte psychologiquement pour mieux se battre contre le cancer ».  La petite équipe apporte pour cela des conseils bien être et propose à ses clientes des produits de beauté de la brume pour le cuir chevelu aux gants imprégnés de sébum pour soigner les mains fragilisées.

Jimmy Fairly

Cette start-up propose des paires de lunettes optiques et solaires pour 99€ verres inclus. Jimmy Fairly parvient à limiter les coûts externes qui viennent alourdir la facture des opticiens classiques. La start-up design et dessine elle-même ses montures qui sont par la suite fabriquées dans son usine partenaire en Italie. Aucune royaltie n’est reversée aux marques et il n’y a aucune marge pour les grossistes comme dans le schéma traditionnel.

Partant du constat que 75% des personnes ayant des problèmes de vue dans le monde peuvent voir leurs problèmes se résoudre par la simple utilisation d’une paire lunettes de vue, Jimmy Fairly a mis en place un système de « Buy one, give one». Pour chaque paire achetée, une paire est donnée à une personne dans le besoin grâce au soutien d’associations partenaires.

Co’fret

La start-up grenobloise, récompensée lors du start-up week-end et finaliste du grand concours Aviva  offre un business model intéressant. Le projet que l’équipe souhaite développer est de proposer un système d’approvisionnement en produits locaux qui soit simple à la fois pour les consommateurs et les producteurs. Les consommateurs pourront soit se faire livrer leurs commandes à vélo dans un rayon de 5 km soit dans un casier automatique qui devrait se situer près des lieux de vies et de travail. Les producteurs, livreront leurs produits à l’Equipe Co’fret qui s’occupera de la logistique des commandes.

L’équipe souhaite même proposer aux personnes travaillant en ville et vivant à la campagne de transporter les produits entre les hubs de stockage urbains et ruraux moyennant une rémunération de 3€ à 5€ par trajet.

 

Aujourd’hui, ces projets sont tous développés sauf Co’fret qui en est toujours à ses débuts et réalisera ses premiers tests prochainement.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*