Accueil / Actualités / Retour sur le colloque international « Co-Design pour l’Urbanisation en Chine et dans la Région de l’Asie et l’Océan Pacifique »

Retour sur le colloque international « Co-Design pour l’Urbanisation en Chine et dans la Région de l’Asie et l’Océan Pacifique »

 

IMG_2617

 

Le colloque « Co-Design pour l’Urbanisation » a eu lieu à Xiamen, Chine, les 21-23 Octobre 2015. Le texte suivant est une synthèse des points clés produite par les membres du comité de pilotage sur la base des discussions, des synthèses des séances et, des discussions en séance plénière à la fin du Symposium.

Ce texte est la traduction en français de l’Outcomes Statement rédigé en anglais par Mark Stafford Smith, Guoxiong Wu, et Xuemei Bai, en concertation avec d’autres membres du comité de pilotage et, les participants de la séance plénière final du Symposium, le 23/10/2015.

 

Déclaration de résultats

L’urbanisation a des conséquences positives et négatives pour le bien-être sociétal et pour les ambitions du développement durable, aussi bien dans les zones urbaines elles-mêmes que les territoires péri-urbains. L’urbanisation est actuellement une tendance lourde dans le monde entier, bien que notre compréhension des implications dans des contextes différents reste très incomplète. Le Symposium International sur le Co-design pour l’Urbanization en Chine et dans la Région de l’Asie et l’Océan Pacifique a exploré plusieurs dimensions de tels changements dans cette région et, est parvenu aux conclusions suivantes, telles que résumées par le Comité de pilotage scientifique.

Constatant le taux élevé de croissance économique et d’urbanisation en Chine et dans la région Asie-Pacifique et, le rôle de plus en plus dominant des villes, non seulement pour la consommation de ressources de la planète et les pollutions, mais aussi pour la capacité d’affronter de tels problèmes grâce à des processus d’innovation technologique et culturelle ;

Notant les vastes opportunités liées au fait qu’environ 60% des infrastructures urbaines à construire d’ici 2013 ne sont pas encore construites et qu’environ US 57 trillion seront à investir dans des infrastructures au niveau mondial d’ici 2030 ;

Affirmant que bon nombre des défis pour parvenir à des bons résultats dans le développement de villes, proviennent d’arbitrages mal maitrisés et de synergies oubliées en matière d’aménagement urbain traité le plus souvent de faon isolée alors qu’une vision systémique offrirait de grandes avancées ;

Reconnaissant les opportunités du co-design dans la production et le partage de connaissance, mes décisions et k’action pour une urbanisation soutenable ; et

Répondant aux orientations de politique agréées mondialement par le biais des Objectifs de Développement Durable (Sustainable Development Goals, SDGs) ;

Cette communauté s’engage à travailler pour :

1 – Le soutien de décisions coordonnées entre différents domaines de politique et sur différentes échelles pour réaliser des urbanisations centrées sur les personnes et des systèmes urbains soutenables, assurant ainsi le bien-être et la santé pour le long terme ; tout en reconnaissant que ceci nécessite un équilibre entre priorités urbaines et rurales reflètant le contexte géographique et culturel et, engageant à la fois des dimensions culturelles et spirituelles et des aspects techniques pour devenir urbain autrement.

2 – La mise en œuvre du co-design et de la co-production dans les programmes de recherche sur l’urbanisation, avec un lien fort entre chercheurs et maires des villes, urbanistes, communautés urbaines, média et autres parties prenantes urbaines par l’implication active dans des réseaux urbain existants, l’apprentissage dans la pratique dans les villes et, le soutien des efforts pour rendre compte par rapport aux Objectifs de Développement Durable (ODD). Ces processus de recherche-action devraient renforcer la confiance des décideurs grâce à la démonstration des recommandations fondées sur des connaissances et efficaces.

3 – L’établissement d’un réseau pour l’Asie et le Pacifique qui sera un contributeur clé pour le Future Earth Urban Knowledge Action Network, en collaboration étroite avec le programme scientifique sur « Santé Urbaine et Bien-être : un Approche Systémique » (Urban Health and Wellbeing: a Systems Approach) et d’autres programmes et initiatives, avec un accent particulier sur des approches urbaines systémiques pragmatiques (solutions oriented) dans cette région charnière pour la soutenabilité globale, et pour l’opportunité de leadership dont peuvent bénéficier d’autres régions comme l’Afrique.

4 – Soutenir la nécessité d’un changement de modes de fonctionnement auprès des bailleurs de fonds, en faveur des pratiques de co-design et des approches intégratives et interdisciplinaires dans la recherche sur des systèmes urbains, alliant des perspectives systémiques et l’identification d’ opportunités pour l’expérimentation d’innovations technologiques et de management.

5 – La poursuite des démarches d’éducation et de formation dans la région afin de faire émerger une nouvelle génération de décideurs et de chercheurs urbains maitrisant mes approches systémiques et détentrice de nouvelles compétences en co-design et co-production pour la soutenabilité urbaine.

6 – L’identification et la mobilisation de chercheurs autour des enjeux clés de recherche orientée vers des solutions pour des systèmes urbains, avec les enjeux suivants:

  • Développer une meilleure compréhension de :
  1. L’urbanisation et des systèmes urbains comme des processus complexes avec des interdépendances fortes entre « sous-systèmes » urbains-(villes-)-ruraux, avec des impacts régionaux et globaux à plusieurs dimensions et, des « moteurs » institutionnels et de gouvernance.
  2. La multi-dimensionnalité de coûts et bénéfices (exemples : en termes de climat, des ressources environnementales, des dimensions sociale et culturelle) des mécanismes et formes institutionnelles, selon leurs contextes (historique, géographique, culturel).
  3. Comment les personnes et les sociétés interprètent et évaluent la nature, la culture et les autres dimensions des processus d’urbanisation.
  4. Comment intégrer les diverses valeurs — sur les dimensions naturelle, sociale, culturelle et économique — et notamment des coûts-bénéfices-empreintes « cachés », dans les processus de veille et d’évaluation des sentiers alternatifs d’urbanisation à des échelles différentes.
  • Identifier des solutions par:
  1. Le co-design des innovations techniques, sociales et institutionnelles pour résoudre les conflits potentiels entre valeurs et priorités — par exemple, sur les plans environnemental (efficience dans l’utilisation de ressources ; économie circulaire), social (santé, opportunités d’emploi, services de support), et culturel — avec une préoccupation particulière pour la pollution atmosphérique, la santé humaine et, les voies de développement « bas carbone » en Asie.

  2. Le développement des outils politiques pour favoriser des configurations urbaine-rurale spécifiques qui répondent aux critères d’une urbanisation soutenable (par exemple, concernant la taille des villes et des clusters urbains, la productivité rurale, les connectivités entre zones urbaines et rurales…).

  3. La détermination de la prise de conscience de différents systèmes de valeurs favorisant la transformation de modes de consommation.

  4. La reconnaissance et la mobilisation des connaissances locales et traditionnelles dans les processus de design de systèmes urbains sur toutes les échelles.

 

  • Développer des processus pour :
  1.  Le développement de « l’intelligence collective » grâce aux compétences pour la mise en œuvre du co-design et de la co-production pour une urbanisation soutenable, et notamment les « laboratoires vivants » (Living Lab) permettant l’apprentissage par la pratique.
  2. L’exploration des potentialités du Big Data, des réseaux sociaux, des outils robustes de modélisation intégrée et, des plateformes d’apprentissage collaboratif et d’aide à la décision pour informer et dynamiser les processus d’urbanisation.
  3. L’engagement des sciences humaines et des sciences cognitives (psychologie etc.) en faveur de l’intégration de considérations culturelles, symboliques et spirituelles dans les systèmes urbains et leurs relations avec leurs compléments ruraux.
  4. Tisser des liens, au-delà de la seule sphère de gouvernement, dans et avec des communautés urbaines, avec le secteur privé, et notamment des branches d’activité comme les services et l’e-commerce.

 

IMG_2613