Accueil / Actualités / L’économie circulaire sous les feux de la rampe à quelques semaines de la #COP21!

L’économie circulaire sous les feux de la rampe à quelques semaines de la #COP21!

Plan C CCBYSA by Julie Verlinden via FLICKR

Plan C CCBYSA by Julie Verlinden via FLICKR

 

L’économie circulaire, considérée comme l’une des solution majeures au changement climatique dans le cadre de la COP 21, fait l’objet de beaucoup d’attention depuis quelques semaines, qu’il s’agisse de décisions politiques, d’analyses ou encore de programmes d’action. A titre d’illustrations, que nous reprenons en détail dans ce qui suit :

  • Le futur Grand Paris lui consacre un Livre Blanc avec 65 propositions.
  • De nombreux centres de recherche et d’expertise publient des rapports, en attendant que la Commission européenne revienne sur le « moratoire » qu’elle a décidé fin 2014 au sujet des directives sur l’économie circulaire et les emplois verts.
  • Un nouveau colloque du Projet NETGREEN, à Bruxelles le 15 octobre prochain, va permettre de sélectionner des indicateurs pour orienter des politiques de transition vers une économie circulaire verte et inclusive.

Le Livre Blanc de l’économie circulaire du Grand Paris

Le Livre blanc de l’économie circulaire du Grand Paris, paru le 14 septembre 2015, est le fruit des travaux menés au sein des ateliers des États généraux de l’économie circulaire du Grand Paris Un certain nombre d’articles lui ont été consacrés, mais rappelons que les États généraux de l’économie circulaire du Grand Paris ont été co-organisés par plusieurs collectivités franciliennes, à l’initiative de la Ville de Paris, et soutenus par la direction régionale Ile-de-France de l’ADEME.

L’événement a été lancé le 11 mars 2015 et, depuis cette date, 7 d’autres groupes de travail se sont réunis à l’occasion d’ateliers organisés entre les mois d’avril et de juin. Chaque atelier avait pour vocation à rassembler un panel d’acteurs (administrations, entreprises, associations, ONG, monde académique, acteurs de la recherche, etc.) autour d’un travail commun sur les enjeux de l’économie circulaire pour la future métropole. Cela a permis, notamment aux industriels de se positionner comme acteurs de la future économie circulaire et surtout en tant qu’apporteurs de solutions à la lutte contre le changement climatique quelques semaines avant le début des négociations de la #COP21.

Plusieurs acteurs ont, dans la foulée, signé le Livre blanc de l’économie circulaire du Grand Paris. C’est notamment le cas de lUnion nationale des industries de carrières et matériaux de construction (UNICEM) qui met ainsi en avant les 65 propositions d’actions pour une économie plus écologique et plus équitable dans le cadre des chantiers qui parsèmeront le projet de la métropole du Grand Paris. Participant à un groupe de travail intitulé « Aménagement, de l’écoconception au chantier vert », l’UNICEM a pu faire valoir ses recommandations notamment en matière de recyclage.

  • l’expérimentation de nouvelles pratiques par la maîtrise d’ouvrage publique pour encourager la déconstruction sélective, le réemploi des matériaux de chantiers et l’utilisation de matériaux recyclés ;
  • le développement du maillage territorial pour optimiser le réemploi et la valorisation des matériaux à l’échelle locale ;
  • le diagnostic obligatoire des déchets de déconstruction afin de favoriser leur réutilisation, les matériaux de construction identifiés pouvant être réemployés sur site ou alimenter des plateformes de stockage.

Des travaux pour encourager la levée du « moratoire » des directives euorpéennes sur l’économie circulaire

La Commission européenne a déjà souligné les défis pour l’emploi que représente la transition annoncée vers une économie verte et plus « circulaire ». Le cadre intégré décrit dans la « Green Employment Initiative » et dans le « Green Action Plan for SME’s » de mi-2014, devait permettre, notamment, d’anticiper et d’élaborer des politiques qui aident les ‘travailleurs’ à s’adapter aux changements structurels; et d’assurer de bonnes transitions sur le marché du travail en renforçant la gouvernance et les initiatives basées sur le partenariat.

Cependant, la nouvelle Commission sous la présidence de Jean-Claude Juncker, annonçait en décembre 2014 la décision de suspendre le « paquet » en faveur de l’économie circulaire datant de juillet 2014. Avec la promesse de le remplacer durant l’année 2015 par un projet « plus ambitieux »…. Cette promesse n’a débouché, pour le moment, que sur un document de type « feuille de route », publié par la commission européenne en avril 2015 : The April 2015 EC ‘Roadmap – Circular Economy Strategy’.

Sans attendre le travail promis de la Commission européenne (et peut-être pour essayer de l’influencer), de nombreux acteurs des mondes académiques et industriels ont publié récemment leurs propres analyses, engagements et suggestions pour encourager et piloter la transition. Je propose la sélection suivante : Growth Within — Une vision du métabolisme industriel.

Pour une illustration d’un travail approfondi sur les dimensions « internes » de l’économie circulaire, on peut rendre connaissance des quelques 100 pages du rapport suivant paru en juin 2015 et publié par l’Ellen MacArthur Foundation dont la préface est éloquente :

Growth Within : A circular Economy vision for a Compétitive Europe,

« Growth Within looks deeply into three key European sectors—food, mobility, and the built environment—examining their potential and offering a way forward guided by circular economy principles. While the report clearly indicates the numerous challenges in achieving rapid progress, it also offers examples of success and frameworks for what is possible. »

Le nexus eau-énergie-alimentation et les boucles de la biosphère

Une étude qui situe l’économie circulaire plus systématiquement dans les « grandes (et petites) boucles de la Biosphère », est celle par Robert Brears paru en février 2015 dans les Cahiers de l’Université Libre de Berlin : « The circular economy and the water-energy-food nexus ».

Les scénarios du Projet RECREATE pour l’Europe 2050

Selon les affirmations de la Commission européenne en juillet 2014, en utilisant plus efficacement et plus longtemps les matériaux à des fins productives et en les réutilisant, on devrait également améliorer la compétitivité des économies européennes. Par conséquent l’économie circulaire est génératrice de nouvelles perspectives de croissance et d’emplois. Cette hypothèse est corroborée par des analyses de scénario récents, comme ceux issus l’étude menée dans le cadre du projet européen RECREATE : Three integrated scenarios until year 2050.

The Circular Economy: Barriers and Opportunities for SMEs

Le lien entre, d’une part, efficacité dans l’utilisation des ressources environnementales et leur réemploi et recyclage et ; d’autre part, la création d’emplois, n’étant pas encore totalement admise, certains travaux européens proposent des études de cas pratiques destinées notamment aux PME. C’est le cas du travail de Vasileios Rizos, Arno Behrens, Terri Kafyeke, Martin Hirschnitz-Garbers and Anastasia Ioannou, publié en septembre 2015 et intitulé « the Circular Economy : Barriers and Opportunities for SMEs »

Ce travail identifie les barrières et les atouts pour l’adoption des pratiques d’économie circulaire au niveau des entreprises. Il propose aussi des messages clairs pour les décideurs. Il offre enfin une revue de la littérature et des discussions dans le contexte du GreenEcoNet Project et sur l’analyse de deux « business models » d’économie circulaire.

Le prochain colloque européen du Projet NETGREEN

Publi_NetGreen

 

 

 

 

 

Pour rester sur la scène européenne, un colloque du Projet NETGREEN, qui se tiendra le 15 Octobre prochain à Bruxelles, propose de mettre l’accent sur la question des méthodes et indicateurs pour l’observation de la transition vers une économie circulaire et, plus largement, pour orienter nos sociétés selon les critères d’un développement durable :

NETGREEN Final Conference — Accelerating the transition to a green economy in Europe: National/regional strategies and the new Sustainable Development Goals.

Ce colloque est ouvert à tous: chercheurs, professionnels, comme le grand public. Notons aussi que le site internet créé par le Projet NETGREEN permet à tout utilisateur de découvrir et de sélectionner des indicateurs d’une économie verte en fonction de type d’analyse ou d’observation.

Drawing on the results of the NETGREEN Project that aims to advance progress towards a green economy, the 15 October Conference in Brussels will include two sessions with expert panels.

  • The first session will deal with national and regional green economy strategies and will highlight best practices. It will also address challenges faced by policy makers as well as suitable indicators to measure progress.
  • The second session will deal with the post-2015 UN development agenda, focusing on the new and universal SDGs. Challenges and opportunities arising from implementing the SDGs will be discussed, as well as how progress will be monitored.

The Conference (program here) will start with a presentation of the ‘’measuring-progress.eu’’ web tool, developed by the NETGREEN Project itself, which aims to improve the way policy-makers and other stakeholders involved in the policy process can access, understand and use green economy indicators.

Pour conclure, indiquons que si le terme d’économie circulaire n’a pas été prononcé en tant que tel, il n’empêche que ceux d’économie verte et de développement durable, dont elle est un instrument, ont reçu beaucoup d’attention à New York, au cours du dernier Sommet des Nations Unies qui s’est tenu à New York, du 25 au 27 septembre dernier pour définir une nouvelle feuille de route en faveur du développement soutenable d’ici à 2030.